lundi 19 août 2013

Le fantôme amoureux

La question de fond du fantôme amoureux, c’est de savoir comment l’écriture peut lui servir de support pour son travail sur soi, et de quelle manière il doit servir ses récits, pour qu’il soit d’une réelle utilité pour son concile amoureux. Doit-il se souvenir du passé pour retrouver les nœuds temporels qui lui permettent d’accéder à la subjectivité de l’instant où il a été l’acteur de l’événement heureux ?
Il a appris également par son expérience que les biens et les maux qui arrivent ne touchent pas selon leur grandeur mais selon la sensibilité. Il sait aussi, qu’il sera obligé dorénavant de mettre son armure qui le maintiendra debout et lui permettra d’utiliser sa sensibilité.

Il est capable de tout car le fatal n’existe pas chez le fantôme amoureux. Il veut sentir palpiter frénétiquement en lui les rythmes de l’amour, et sa mémoire cherche confusément à mettre au jour la continuité‚ de sa relation amoureuse.

Dans une telle vision,  son égo prend une cohérence et s'organise peu à peu dans un tout, dont la loi n'est pas imposée de l'extérieur par un chaos d'événements, mais plutôt de l'intérieur, dans un réseau d'intentions plus vaste que le monde machiavélique du moment. 

Le fil conducteur de sa mémoire lui permet de ressaisir les lignes de son destin pour une œuvre située dans le temps. Il sait que des recettes magiques ont pour effet d’exaspérer la volupté des charmes secrets par des extases sans pareil et que l’enthousiasme amoureux peut demeurer vivant jusqu'à la vieillesse. 

B.B  Strasbourg Août 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire