samedi 17 août 2013

La Matrice

Exister sous le regard de l’autre à toujours était le leitmotiv de la vie sociale. Cette puissance de l’égo qui s’exerce de plus en plus sur les individus et très en vogue dans notre société. Sa manifestation sur les réseaux sociaux est reconnue comme tel. C’est sous le terme de Matrice qu’elle exerce cette forme de conditionnement non violente, qui consiste à s’emparer des désirs du sujet, de sorte qu’il réagisse pour ce que l’on attend de lui. Sa forme la plus subtile de conditionnement c’est la récompense. Le plus grand nombre de like qu’il aura obtenu sera son triomphe, de sorte que le conditionnement soit lui-même désiré par le sujet.

L’ordinateur n’est plus un objet technique de communication ou un outil d’information mais il est devenu pour la grande majorité de la matrice du divertissement inter-réactif qui absorbe la conscience avec le sentiment d’exister et de participer à la marche du monde. Ce qui était jadis un progrès et devenu une servitude de l’esprit. Une addiction.

Dès que l’internaute s’assoit devant son écran, il devient le héros qui s’identifie au flux continu et incessant. L’information qui s’embrase ne l’échauffe plus d’un degré et l’inondation d’images ne le mouille plus, on peut même le voir surfer au gré des flux et ainsi l’apprivoiser. Ce qui l’intéresse ce n’est pas l’événement responsable, mais ce qui va se passer quand il existera sous le regard virtuel des connectés. C’est simplement la vague émotionnelle qui passe sur les flux qu’il attend. Il ouvre le robinet et fait la vidange de toutes ses pensées personnelles, en entrant dans un état second se trouvant en dessous du seuil de la pensée habituelle. Il oublie tout. Il attend la ré-con-pense de la Matrice. Il s’engage ainsi dans une course effrénée où il peut s’identifier à tous les jeux de rôle brûlant et passionnant. Facebook veille sur ces liens d'amitiés. 

Pour obtenir une vérité quelconque sur lui, il faut qu’il passe par l'autre et les réseaux sociaux permettent aux gens d’étaler, ou de partager des informations relevant de leur vie privée. L'autre est indispensable à son existence, aussi bien d'ailleurs, qu'à la connaissance qu’il a de lui-même. Dans ces conditions, la découverte de son intimité se découvre aussi en même temps, à l'autre.

Comme une liberté posée en face de lui, il découvre la matrice, qui décide ce qu'il est, et ce que sont les autres.


B.B  Strasbourg  Août 2013 
Image: Matrix

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire