dimanche 29 juillet 2012

Le don de soi

Il est un seuil de misère humaine et de contrainte au delà duquel notre tissu social ne peut aller sans provoquer les troubles que nous connaissons. La culture ne se développe pas à l’infini. Les civilisations portent en elle les germes de leur propre mort. Ce seuil qui est maintenant atteint exige une radicalité et une volonté dans l’intention de créer ce nouveau paradigme. Il faut se donner parce que le monde en a besoin, tel doit-être le dépassement de ce seuil.
La manière de penser des hommes dépend beaucoup des gens qu’ils côtoient et des peurs qu’ils ont à vaincre. Jésus disait : « Si on te frappe sur la joue droite, tends l’autre joue. » Cela pourrait se comprendre aussi «Lorsqu’on bat ton imperfection, montre ta perfection et dépasse ton seuil » En clair le monde sera parfait le jour où nous serons parfaits, alors n'hésitez plus faites des projets avec sagesse, proposez et agissez. C’est par l’action que l’homme se rend différent, parce que l’action génère des énergies qui le conditionnent à être ce qu’il fait.

La Charité ce n’est pas de verser une larme devant un poste de télévision, ce ne sont pas des discussions où on refait le monde à 2h du matin, le don de soi passe par l'exploration de la misère humaine et non pas, de collectionner des connaissances sur la sagesse.

Celui qui comprend suffisamment cette loi du cadeau de la foi peut sans risque aller dans le monde en souffrance. Il accélèrera ainsi l’alchimie de son évolution et de son initiation. Le don de soi c'est de se lever même quand tout semble perdu d'avance.

Allez dans les prisons, dans les hôpitaux, dans les écoles, dans les bas quartiers là où le monde va mal, et il vous sera donné encore plus d’énergie bienveillante de vos guides pour aider ceux qui sont dans les ténèbres. Choisissez d’être guérisseur pour dissoudre la peine. Offrez l’harmonie pour créer une oasis de douceur. Utilisez votre pouvoir pour le bien et devenez l’ami qui réconforte par la joie.

B.B  © Juillet Strasbourg
Photo: Inconu


Voyez aussi:

mercredi 25 juillet 2012

L'instant responsable


Agir parce que le moment est venu. Choisir parce que nous sommes à la croisée des chemins. Modifier la trajectoire parce que nous allons droit dans le mur. Voici les signes de l'instant responsable qu’il nous faut saisir. 

Notre existence se pense dans la conscience que nous en avons, c’est aussi instantané que, quand nous sommes en face d’un danger. C’est le danger lui-même qui provoque l’acte. Il n’y a donc plus le temps de l’élaboration cérébrale, plus le temps de la controverse, plus d’hésitation à avoir. Juste maintenant et ici le choix de l’action responsable pour inventer un nouveau paradigme.

Mais comment un peuple peut-il se sentir respecter, lorsque que l’on sait, pouvoir le manipuler avec des paroles et des slogans ? Allez un petit effort ! Réfléchissez et tenez compte du fait que les grandes réussites impliques de grand risques. Osez manifester votre liberté et comprenait enfin, qu’il est temps de sortir de cette lente agonie stupide et corrompue.

Pour que l'expérience soit complète il faut mettre en évidence l’apport que l'on considère précieux pour susciter la gamme d’émotions qui réconciliera les hommes et les peuples dans une vision claire.  

« Une théorie à été développée par des chercheurs ayant étudié le cerveau, il s'agit de la théorie du regard. Cette théorie met en lumière le fonctionnement du cerveau lorsque nous conduisons une voiture. Nous sommes sur la route et un obstacle se présente devant nous, si nous regardons uniquement l'obstacle alors le cerveau transmet toutes les informations nécessaires à notre corps pour nous conduire tout droit vers l'obstacle. Par contre si notre regard se porte là où nous souhaitons passer, le cerveau met tout en œuvre afin que nos gestes soient le mieux adaptés pour nous y conduire en évitant l'obstacle »

Nous avons tous le pouvoir de choisir notre manière de participer au monde. Alors commençons par sortir de l’isolement de la peur, en détruisant toutes les barrières autour de nous. Ensuite descendons de nos tours d’argent pour contribuer à l’action juste dans la solitude de "  l’instant responsable ".


BB.© Juillet - Strasbourg
Photo: Inconnu

Voyez aussi: L'instant présent

lundi 16 juillet 2012

L'école initiatique

La véritable école initiatique c'est ici et maintenant.
A chaque fois qu'une civilisation arrive à son apogée, il y a une Manifestation qui se produit, et qui permet à la masse de s’éveiller dans une nouvelle conscience. La terre est un terrain d’apprentissage où l'on évolue. C'est une école, une école de la vie, une pépinière d'âmes en quête d'évolution.

Nous ne sommes pas au Paradis. Nous sommes engluée dans de la matière bien réelle, et c’est pour cela, qu’il ne nous faut pas espérer un monde parfait. Un monde parfait sur Terre n’a pas de valeur, parce que l’individu ne pourrait ni apprendre, ni exercer sa liberté. L’homme n’est pas parfait dès le premier jour. Il doit comprendre son imperfection. Si l’on veut travailler pour la perfection, il faut d’abord participer à l’évolution et comprendre l’imperfection. Apprendre c’est penser par soi-même, chercher la liberté et le bonheur dans la vérité. Nul ni parvient sans l’aide de la pensée de l’autre.

Certains ont tellement emprunté la voie du Cœur, qu’ils ont par là même dénaturer l’identité de Dieu et falsifié la voie initiatique.

En disant que tout est perfection, que Dieu est Amour, que Dieu peut intervenir, et que les Maîtres ont tout prévu pour l’évolution, ils impriment dans l’esprit des gens l’intervention Divine et les incitent à oublier la place qui leur est destiné dans le monde de l'action.

Un ancien dicton oriental dit :
« Dieu est capable de bouleverser les cieux jusqu’aux confins de l’univers pour réaliser à la place de l’homme ce qui lui est impossible. Mais il ne déplacera pas le moindre fétu de paille pour intervenir dans ce que l’homme a la capacité de résoudre »

Tu veux être heureux, prends le bonheur. Tu veux être riche, prends la richesse. Agis. Tu es dans le monde de l’action, alors prends l’action et ne subis plus l’action des autres.

La terre est un caillou initiatique où l’on prend ses responsabilités, où l’on agit sous l’effet de la loi de cause à effet, et face à cette loi, le reste est vécu enduré, ou mérité. L’Amour a besoin de la Force du Pouvoir Créatif.

L’amour sans le pouvoir de faire ce que l’on veut, est quelque chose d’illusoire. L’amour avec le pouvoir d’exercer permet la justice, car on ne peut pas parler d’amour sans parler de justice. Un individu qui veut être Amour doit être Justice. C’est faux de tout accepter de l’autre, l’amour rend aveugle comme dit le proverbe. L’amour véritable c'est mieux connaître son prochain et de l’aimer malgré ce que l’on sait de lui. C’est ça l'amour et c’est pour cela qu’il y a toujours tant de problèmes et que la terre reste une école initiatique. 

Chacun doit y aller pour voir de plus près. Chacun doit y trouver du plaisir et des Lumières. Je suis libre de ce que je veux et c’est pourquoi je le suis en effet.



BB. Juillet - Strasbourg 
Photo: "Colorsat Infinity"

mardi 3 juillet 2012

De la religion à la spiritualité


Nous sommes, ici et maintenant, le résultat d’un processus temporel, dont toute la chaîne antécédente est pure création de notre conscience. Notre histoire est tissée de phénomènes, mais ces phénomènes nous les interprétons. Le passé ne prend sens et n’a de « vérité »  qu’à la lumière actuelle par laquelle nous comprenons et donc pensons les choses. L’histoire ne s’écrit qu’à travers la contingence de nos possibilités de connaître.

Les observateurs les plus lucides de notre époque l’ont bien compris (Eckhart Tolle, Krishnamurti, André Comte-Sponville ) Nous n’identifions plus aujourd’hui la spiritualité à une religion organisée, nous pouvons même les opposer. Ainsi le fondamentalisme et l’intégrisme sont des attitudes que nous avons rattachées au sursaut identitaire des religions organisées. Ils ont peu à voir avec un éveil du spirituel et beaucoup à voir avec les luttes des identités culturelles. La situation contemporaine est aujourd’hui très différente. Dieu a changé d’adresse, et nous sommes enfin préparés à reconnaître que la spiritualité vivante transcende les dogmes, et ne se laisse pas enfermer.

La loi universelle est un fonctionnement qui s’établit toujours sur des règles pour fonctionner. C’est pourquoi l’homme doit-être en rapport avec un fonctionnement physiologique, ou en rapport avec la terre ou le mouvement cosmique, il va devoir faire avec, en rapport avec les règlements qui tiennent de ce fonctionnement. Ce principe est une réalité dans la vie divine. Dieu est en mouvement. Le phénomène même de la vie, est un phénomène en perpétuel mouvement. Tout bouge. Regardez comme la vie est en mouvement. Il y a le printemps, l’été, l’automne, l’hiver. Il y a le mouvement de la mer et des océans. Il y a le mouvement des continents, le mouvement des étoiles. Lorsque les constellations bougent, cela veut dire que l’univers entier imite le mouvement Divin.

« Tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. »

BB © juillet 201


Voyez aussi :

dimanche 1 juillet 2012

Au delà de la matière


La vie de l’homme se construit  jour après jour. C’est pourquoi chaque instant qui la compose est précieux. Toutes ces occasions sont nécessaires pour changer notre vision, notre existence. Le besoin de comprendre doit-être nourri convenablement. Nous devons conserver notre discernement, et en même temps ne pas oublier de regarder autour de nous. 

« La vie nous entoure de partout : de la personne que nous sommes, aux molécules qui la composent, des êtres qui nous sont chers, aux virus qui nous menacent, aux plantes qui ornent notre salon, tout est vie. La vie nous constitue, nous transforme, nous crée et nous détruit, elle nous envahit, nous submerge, nous cerne de toute part. Omniprésente elle est ce que nous sommes et ce que nous devenons, ce que nous consommons et ce qui nous consume. Elle est elle-même en nous – naissance, croissance, maturité, puissance – et son contraire – déclin, infection, mort, disparition –, nous sommes le lieu où elle se manifeste, mais aussi le lieu d’où elle se retire ; à la fois son affirmation et sa négation, son berceau et sa tombe ».

Dans la totalité de l’univers tout ce qui caractérise l’homme se retrouve dans la nature intime du cosmos. L’un sans l’autre est impensable. Tout se tient. Le Cosmos est une organisation bien orchestrée et l'ordre qui y règne est une suite développée des lois éternelles. Tous les mouvements des différentes parties de la masse en dépendent. La Nature forme, altère et corrompt sans cesse. Il en résulte alors qu’aucune manifestation de la Vie n’est « supérieure » ou « inférieure » à une autre puisque chaque incarnation de la puissance créatrice de la Vie représente un de ses choix et elle s’y éprouve tout autant que dans une quelconque autre de ses incarnations. Si l’expérience humaine peut sembler un privilège de point de vue du Soi en tant que humain, le Soi est cependant tout aussi présent et vivant dans ses autres manifestations.

La Terre continue de se transformer d’une part par l’action des êtres humains et d’autres parts par des évènements hors de notre contrôle qui ont fait de la Terre ce qu'elle est. Même s'il est encore possible que beaucoup d'entre nous se comportent comme si rien ne changeait, comme si tout pouvait être maintenu en place en fonction de ce que nous croyons, l'augmentation des changements évidents au sein de la nature défie cette position.

BB © juillet 2012

Voyez aussi :