samedi 2 novembre 2013

Pour ou contre ?

Soyons honnêtes beaucoup de personnes font encore de mauvaises réponses à la bonne question. Le cyberespace où s’élaborent les défis fonctionnent pareils : désinformation, sondage, buzz, vérification du code (pour ne pas dire fichage, écoute). La contagion est exponentielle et le flux se répand dans tous les foyers à la vitesse d’un clic. Aucun relief, pas de perspective, ni de ligne de fuite, juste un écran total qui retranscrit tous les flux contradictoires en termes d’imageries dans la forme du réseau sociale. Notre aveuglement collectif, notre paresse intellectuelle, nos craintes et notre acceptation docile de ce système et tout simplement insensé.

Evidemment c’est plutôt bien d’échanger, de partager mais dans la dans la confusion qui caractérise notre époque, il s'agit seulement de s’exprimer même si on n’a rien à dire. A y regarder de plus près c'est une petite liberté d’expression "Duel" qui consiste à chercher constamment des torts et à vouloir par-dessus tout avoir raison. On parle de tout et de rien, parfois avec la nette impression que personne n’écoute vraiment. Cherche amis désespérément.

Si Internet s’installe dans l’univers mental des gens, il joue aussi chez beaucoup d'autres, un rôle fondamental. Son usage a révolutionné le travail de recherche et de mise à disposition de l’information. Il est devenu un vecteur de communication intemporelle, et participe avec une grande facilité à la communication entre les hommes. La liberté de s’exprimer ainsi gagné, donne les ressources du dialogue à grande échelle. Les idées se partagent à la vitesse de la lumière et facilite la connaissance du monde.

Aujourd’hui avec Internet on peut accéder à l’œuvre du génie pour peu qu’on s’en donne un peu la peine. Oui une grande partie de la connaissance et de l’information s’acquiert maintenant avec un clic de souris depuis l’autre bout du monde. Le « vivre ensemble ou la connaissance de l’autre» est devenu une valeur forte. Malheureusement tout n’est pas réglé pour autant ! Parce que le problème, ce n’est pas tant l’accès à la connaissances  ou l’épanouissement des masses. Le problème ce sont les gens qui accèdent à cette masse d'informations et qui en reviennent les mains vides malgré tout.

Accéder à la connaissance est une chose. Savoir en retirer un enseignement profitable en est une autre. De là à croire que l’on peut trancher toutes les questions, il y a tout de même un fossé à ne pas franchir. Ce n’est pas parce que on nous a répété sans cesse qu’il y avait des gens qui ont raison et d’autres qui ont tort qu’on doit se laisser faire. Il n’y a pas seulement du noir et du blanc. Il y a toutes les couleurs dans la Nature.

« On ne sait jamais qui a raison et qui a tort » et « il est difficile de juger ». Je ne peux pas donner raison à tout le monde, parce que le seul fait de vouloir donner raison implique aussi que je donne tort. C’est la contrainte de la dualité dans laquelle je me suis placé par avance, et qui m’a été imposée et que j’ai acceptée. En fait, la dualité se situe dans la structure même du mental. Penser dans la dualité tort/raison, c’est seulement prolonger une tendance qui est dans la nature de l’esprit. L’opinion fonctionne dans la dualité. On nous a répété qu’il était important d’exprimer notre opinion et en toute bonne foi, nous avons cru que pour cela, il suffisait d’appliquer le paradigme raison/tort à toutes les questions. Il suffit d’observer cela autour de nous chez les gens les plus simples. Si on demande : et vous, qu’est-ce que vous en pensez ? Et bien la plupart des gens dégainent les affirmations : je suis pour/contre ! » Philosophie et spiritualité
 
Heureusement si notre monde s’éveil à une nouvelle conscience, et si on introduit la théorie de l’évolution, si tout fonctionne, si tout continue, si tout évolue, c’est bien qu’à la base il y a la perfection, la perfection des cycles, la perfection des lois de l’Univers. Si un monde est imparfait, si un univers est bancal ou précaire, il faut le laisser mourir d’épuisement et cette opération ne sera pas indolore tellement la compétition a pénétré nos esprits.

La vraie sagesse consiste à nous enseigner que l’on doit renoncer à une chose que pour la remplacer par une autre meilleure. 

B.B © Novembre 2013

Photo : Inconnu

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire