mardi 26 novembre 2013

Paradoxe de l'amour

D’un côté l’amour nous échappe dans sa pure émotion, et de l’autre il est mis entre nos mains comme le résultat de l’action. Si tel est le cas, il est donc entendu qu’il existe des recettes qui permettent de le trouver. Ainsi en agissant de manière correcte, on finira par donner ce que l’on a. Mais pour cela il faut posséder une certaine sagesse. Il faut que le cœur soit ouvert pour qu’il puisse être capable de devenir plus parfait avec le temps.

L’amour ne vient pas du ciel sans raison, il est notre œuvre, il jaillit de notre cœur. Il est, un certain art de vivre tiré de l’action. Il a une leçon importante à nous donner. Il n'est pas celui qui regarde s'il sera payé de retour, mais celui qui se détermine à bien faire son propre mouvement vers l’autre.

L’amour est impensable sans son contraire. Il n’y a rien à éliminer, tout est juste. Il n’y a pas de critique, c’est un partage. Cela veut dire qu’une fois introduit dans l’affectivité, chacun manque de sa moitié et se met alors à vouloir être auprès de l’autre. C’est le thème de la complétude, celle de la légende de l’âme sœur qui dit qu’ici bas chacun a sa moitié complémentaire. C’est une interprétation possible du manque intérieur. Soit on visite nos limites et nos peurs dans la relation du miroir, soit on y apporte le désir de retrouver l’unité. Le drame c’est que bien souvent un seul aime passionnément tandis que l’autre jouit du culte qu’on lui offre. Il y a entre les deux toute la différence entre la délicatesse du sentiment et le caractère possessif du désir. L’amour n’est pas un marchandage avec l’autre afin de lui soutirer de l’affection. L’amour véritable est union et émerveillement, joie du don et de la présence.

Photo : Inconnu

Voyez aussi :

La relation du miroir

Aucun commentaire:

Publier un commentaire