dimanche 29 juillet 2012

Le don de soi

Il est un seuil de misère humaine et de contrainte au delà duquel notre tissu social ne peut aller sans provoquer les troubles que nous connaissons. La culture ne se développe pas à l’infini. Les civilisations portent en elle les germes de leur propre mort. Ce seuil qui est maintenant atteint exige une radicalité et une volonté dans l’intention de créer ce nouveau paradigme. Il faut se donner parce que le monde en a besoin, tel doit-être le dépassement de ce seuil.
La manière de penser des hommes dépend beaucoup des gens qu’ils côtoient et des peurs qu’ils ont à vaincre. Jésus disait : « Si on te frappe sur la joue droite, tends l’autre joue. » Cela pourrait se comprendre aussi «Lorsqu’on bat ton imperfection, montre ta perfection et dépasse ton seuil » En clair le monde sera parfait le jour où nous serons parfaits, alors n'hésitez plus faites des projets avec sagesse, proposez et agissez. C’est par l’action que l’homme se rend différent, parce que l’action génère des énergies qui le conditionnent à être ce qu’il fait.

La Charité ce n’est pas de verser une larme devant un poste de télévision, ce ne sont pas des discussions où on refait le monde à 2h du matin, le don de soi passe par l'exploration de la misère humaine et non pas, de collectionner des connaissances sur la sagesse.

Celui qui comprend suffisamment cette loi du cadeau de la foi peut sans risque aller dans le monde en souffrance. Il accélèrera ainsi l’alchimie de son évolution et de son initiation. Le don de soi c'est de se lever même quand tout semble perdu d'avance.

Allez dans les prisons, dans les hôpitaux, dans les écoles, dans les bas quartiers là où le monde va mal, et il vous sera donné encore plus d’énergie bienveillante de vos guides pour aider ceux qui sont dans les ténèbres. Choisissez d’être guérisseur pour dissoudre la peine. Offrez l’harmonie pour créer une oasis de douceur. Utilisez votre pouvoir pour le bien et devenez l’ami qui réconforte par la joie.

B.B  © Juillet Strasbourg
Photo: Inconu


Voyez aussi:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire