vendredi 6 septembre 2013

La Papesse

Soyez heureux : tout va mal je viens de tirer la carte de la Papesse à l’envers en ce soir de nouvelle Lune. Il n'est sans doute pas inutile, de vous rappeler quand la confusion et la manie de l'amalgame vous prend, vous devez prendre un peu de distance malgré l'amour que vous lui portait. La singularité de la Papesse est un peu dérangeante. En effet elle concentre en elle tous les opposés de l'arcane. Tiré à l'endroit elle est passive, inerte, mesquine, et vengeresse. Tiré à l'envers comme je viens de le faire elle annonce généralement le blocage d'une situation qui dépend seulement de sa volonté.

Je n'en tire pas un argument pour m'élever contre elle, mais j'y vois une illustration de ce qu'elle a comme ambiguïté en la plaçant plutôt en tant qu’observatrice, qu'en être actif à l'opposé du Bateleur. Elle est peut être la gardienne du secret, mais pour connaître son mystère, il vous faut parcourir un long chemin initiatique qui ne réside pas seulement dans le savoir mais aussi dans la douleur qui se cache dans ses propres angoisses. Cependant elle arrive malgré tout à vous montrer, en quel sens chacun est créateur de sa propre vie, mais en même temps, elle porte aussi en elle la trace compulsive d'un passé qui ne cesse de revenir avec l'impossibilité de guérir.

La Papesse est immobile dans sa position assise, malgré qu’elle soit dite, la plus libre dans le jeu. Son passage entre la terre et le ciel fait partie de son message indéfini. La carte de la Papesse représente une femme sans âge et passive. Son immobilité physique se retrouve partout. Aucun mouvement et beaucoup d’incertitudes sentimentales. Si vous l’avez tiré à l'envers, vous aurez à faire à une personne dissimulatrice qui ne peut dire la vérité, parce qu’elle n'est jamais toute entière dans le discours qu'elle s'exprime.

Je sens bien qu’il n’y a pas d'équivalence, et qu'il paraît tout naturel ou logique, qu’une idée vraie ne donne de résultat satisfaisant, que si elle entre en contradiction avec la réalité. Quand la connaissance est à la base de l’action, si celle-ci est faussée, elle engendre une action faussée qui mène à l’échec.

La Papesse tient un livre sur ses genoux, mais bien qu'il soit ouvert, c'est à dire présenté à tous, on ne peut le pénétrer. Son écriture permet l'analyse pour dépasser une vision synthétique et intuitive, mais philosophiquement tout est à reprendre dans les détails pour donner plus de d'approfondissement. Dans l’histoire des sciences on a vu des idées vraies qui ont sur le moment échoué, parce qu’elles ont été mal appliquées ou mal comprises. 

J’aime la carte de la Papesse mais il ne faut pas, pour seul bénéfice, susciter la bonne volonté, et confondre une orientation tactique de l’action avec les exigences de la vérité. 

La vérité n’est pas une stratégie d’action, mais la connaissance qui éclaire l’action. 

B.B © Septembre 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire