mercredi 9 octobre 2013

Saut de conscience

L’époque est unique, on nous l’a assez répété. D’ailleurs une tirade le dit : « l’amour tu sais, ça n’existe que dans les magazines » La tête dans les nuages et le sourire béat de la publicité sur les lèvres.
Bref un monde futile et violent édifié par des individus qui ne savent pas générer de l'harmonie. Un monde, avec des individus qui fonctionnent  au lieu de vivre. Une société d’abondance, avec sa profusion d’objets sur les présentoirs, et son accumulation ludique. Faut être aveugle pour ne pas comprendre qu’il y a belle lurette que la société ne nous vante plus la satisfaction des besoins, ce qu’elle vise, c’est la satisfaction des désirs de consommation.

Le désordre, le chaos, l'imprévu, apparaissent partout dans le monde. Le préjugé serait de croire que l'ordre, la clarté, la méthode, passera par la justice, alors qu'au contraire l’harmonie doit être réinventée par le cœur. C’est là où on peut faire du blanc avec du noir, loin de l’engouement collectif de la télé-réalité.

La science traite des noms et des formes, des quantités et des qualités, des modes et des lois; dans son domaine, elle est parfaite. Le professeur Russell a calculé que les séries par huit milliards correspondent à des valeurs de seuil. Ainsi, il faut environ huit milliards de neurones pour constituer une conscience. Le saut de conscience qui nous attend sur la terre est en relation avec la masse critique du nombre d’humains, et aux huit milliards que nous serons bientôt. Cette théorie est prise très au sérieux par beaucoup de chercheurs, même si elle semble fantasque.

B.B © Octobre 2013
Photo : Inconnu 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire